Récits de voyageurs
61

FRÉDÉRIC GIGOUX : LE FAISEUR DE RÊVE AMÉRICAIN

Il se rêvait cowboy, aujourd’hui il fabrique des voyages pour transmettre sa passion des Etats-Unis. Frédéric Gigoux est un amoureux des grands espaces nourri depuis l’enfance par la littérature et le cinéma américains. Monument Valley et son décor de western, San Francisco et ses ruelles en pentes, Las Vegas et ses mythiques casinos… Ici, tout est déjà culte. Et pourtant, l’Ouest américain a encore bien des surprises à offrir. Interviewé par Le Blog, notre spécialiste maison raconte son rêve américain.

monument-valley-usa

Le Blog : Vous avez gardé des amis proches en Californie. Qu’est-ce qui vous plait tant là-bas ?

Frédéric Gigoux : C’est un mélange de cool et de raffinement. A peine a-t-on posé le pied en Californie que l’on vit déjà le rêve américain. A San FranciscoSan FranciscoSan Francisco, il est saisissant d’arpenter les rues bordées de maisons victoriennes au charme européen désuet en étant juste à côté de la  Silicon Valley, épicentre mondial de l’innovation. Quand je me rends à L.A., je commence par flâner devant les œuvres d’art du musée Getty avant de prendre un bain de soleil sur Venice Beach, cette plage mythique où les californiens bronzés aiment parader. J’adore ce contraste culturel !

 

Le Blog : Quelle a été votre plus belle rencontre ?

Frédéric Gigoux  : A part ma femme ? (rires). J’ai fait beaucoup de rencontres intéressantes mais, parmi les plus marquantes, je retiendrais celle d’un vigneron californien passionné. Il m’a transmis son amour du terroir en me faisant visiter son vignoble, le Beaulieu Vineyard dans la Napa Valley. J’ai eu la chance de déguster des crus d’exception – dont certains n’ont rien à envier à nos vins français !

 

napa-valley-usa

 

Le Blog : Si vous ne deviez garder qu’une image de l’Ouest américain ?

Frédéric Gigoux : Le plus beau paysage des Etats-UnisEtats-UnisEtats-Unis, pour moi, c’est le parc national de Yellowstone. Plus qu’une image, je garde en mémoire des sensations, celles d’une nature toute puissante lorsqu’on se tient face au geyser « Old Faithful ». Pour le voir cracher un jet d’eau et de vapeur, on attend patiemment dans une atmosphère baignée d’odeurs de souffre. Lorsque, tout à coup, le geyser jaillit enfin des entrailles de la terre, la puissance est telle qu’on est littéralement soufflés par le jet. Je peux vous assurer qu’à ce moment-là, on se sent tout petit !

Frédéric Gigoux - Ouest Américain
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Vous aimerez aussi :